David Bowie : Une étrange fascination

Beaucoup d’encre a coulé au sujet de David Bowie, beaucoup de choses ont été dites et très peu étaient justes. Rectification : beaucoup de choses ont été dites sur David Jones. Tout le problème réside là.

La confusion est compréhensible et excusable. Il faut dire que David Robert Jones aura tout fait tout au long de sa vie pour se cacher. Tout ce que nous avons cru savoir sur lui était ce qu’il nous permettait de voir. Peu d’œuvres, documentaires ou biographies à son sujet apportent un véritable éclairage sur la personne. Entre suppositions, extrapolations et disons-le, parfois mensonges, son plan aura fonctionné jusqu’au bout, le mythe a été savamment entretenu, cultivé et il lui survit même après sa mort. David s’était forgé des barrières entre lui et le monde extérieur, se cachant derrière des déguisements. Non pas seulement ses tenues venues d’une autre planète, mais en s’appropriant des personnages qu’il utilisait comme des secondes peaux, aussi souvent que cela lui plaisait, rendant la frontière entre lui et la fiction ténue, difficile à cerner. Où commençait Jones et où finissait Bowie ?

 Nous ne savons rien de qui était David Jones réellement, peut être que lui-même s’est longtemps cherché, ceci est le postulat de base de David Buckley dans Une Etrange fascination. Dès l’introduction L’auteur l’annonce, il ne s’agit pas là de traiter l’homme mais son œuvre. Si vous cherchez des anecdotes croustillantes, des scandales, reposez le livre. Si par contre vous voulez savoir ce qu’il l’a inspiré à écrire Space Oddity, comment le théâtre et le mime ont influencé ses représentations et ses vidéos, d’où viennent ses personnages inventés, comment il a réussi à survivre et traverser les époques, serrez bien le livre contre vous et, dirigez-vous immédiatement vers la caisse.

Buckley a écrit là une sorte d’encyclopédie Bowiesque. En effet le ton du livre tient plus du National Geographic que de E ! Entertainment. Cela peut brusquer le lecteur au début. L’auteur ne fait pas dans la complaisance ni le fanatisme, il semble même porter un regard dur par moments sur Bowie. La richesse même des détails : les dates, les lieux, les noms, peut donner cette impression de tenir dans les mains un manuel d’histoire. Cependant, Là où Buckley révèle son talent, c’est en insérant cette quantité phénoménale d’informations dans un récit agréable à lire. Il n’énonce pas, il narre. En filigrane, apparaît progressivement David Jones, comme une toile vierge ou un tissu sur lequel on viendrait broder les ornements ; adoucissant le côté académique et impersonnel.

L’auteur prend le temps de raconter mais aussi d’analyser. Chaque chanson est décortiquée, son texte mis sous la loupe, étudié et, finit par faire la connexion entre la vie personnelle et professionnelle de Bowie à ce moment-là. Cela va encore plus loin, Buckley dresse le décor des époques et des évènements qui s’y déroulaient, l’évolution de la société et de la culture. En faisant cela, il nous offre une énième grille de lecture pour comprendre les influences et les références derrière la musique. En même temps que nous assistons à l’évolution de David Jones en David Bowie la légende, nous revivons l’Histoire, la révolution de la pop culture et comment ce dernier l’aura marquée, influencée et incarnée.

Ce n’est pas un hasard si le livre s’attarde beaucoup sur les textes des chansons, Bowie lui-même disait que sa partie préférée était l’écriture. Il ne chantait que parce que personne ne pouvait chanter ses textes à sa place. L’auteur restitue donc l’essence de l’œuvre, remettant les textes à une place centrale d’où tout part. L’interprétation est abordée, mais plus du point de vue de la représentation et de la théâtralité que de la musique en elle-même. Les collaborations et les rencontres de l’artiste ont la part belle également, peut-être un peu trop, bien que utiles pour comprendre les tournants dans la carrière de David.

Le livre ne prétend à aucun moment expliquer, ou démystifier le personnage, il a été pensé et écrit pour les fans de musique. Il ne vise pas à changer ou influencer la perception du lecteur/fan vis-à-vis de l’artiste, mais à lui faire vivre l’intimité de l’œuvre musicale. Comme un pass backstage ou une séance d’enregistrement, le lecteur visite l’envers du décor, il assiste à la naissance des airs qu’il a souvent fredonnés, les titres sur lesquels il a dansé et si changement de perception il y a, il s’agit uniquement de celui-ci. En refermant le livre, Bowie l’idole, la rock star, la légende n’a pas changé, mais on peut parier sur le fait qu’on n’écoutera plus tout à fait de la même manière Rebel Rebel, Please Mr Gravedigger, Word on a Wing ou encore Fashion.

Comme si la quantité d’informations distillées tout au long du livre n’était pas suffisante, Buckley généreux, partage sur des dizaines de pages les articles et références bibliographiques qu’il a utilisé dans chaque chapitre. Offrant un supplément de plaisir aux lecteurs les plus studieux et, les amateurs de bric-à-brac culturel. D’ailleurs très vite, on ressent le besoin de garder une feuille et un crayon à portée de main pendant la lecture.

De toutes les biographies, Une étrange fascination sort du lot et s’élève comme un halo de lumière. L’appellation Biographie n’est peut-être pas tout à fait exacte après réflexion. En tout cas, David Buckley réussit un tour de force avec ce livre. Son érudition, son talent de narrateur et son impartialité combinés, font d’Une étrange fascination, l’ouvrage le plus complet et le plus honnête sur celui qui a été la plus grande légende pop/rock de notre époque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.