vade retro vidéo

Il est de coutume après chaque match de voir arriver des foules mécontentes pour lesquelles il y aura toujours eu une injustice commise, un fait de jeu, une décision controversée qui méritent d’être dénoncés. Mais depuis quelques temps une nouvelle vague de protestation s’est propagée, une frange épaisse et grassouillette de la population footeuse réclame d’une seule voix, une chose, inlassablement : La vidéo !

Ce que demande le bon peuple, c’est l’arbitrage vidéo. Parce que oui, les braves gens après des décennies d’oppression sous la dictature de l’homme en noir, se sentent maintenant portés par le vent de la révolte au nom de la justice et ils ont nommé leur Jeanne d’arc. Après le printemps arabe, le printemps arbitral.

Comme toute révolution, les idéaux défendus semblent à première vue, nobles et dignes du combat : le hors-jeu équitable pour tous, l’abolition de la simulation, l’échelle du mérite du carton rouge…

Mais je suis ici pour rétablir la vérité et montrer aux gens ce que sera leur vie avec l’arbitrage vidéo et surtout, toutes les choses à côté desquelles ils vont passer. Vous pouvez déjà me remercier.

On réclame la vidéo car on estime qu’il est inadmissible que des erreurs soient commises, que la vérité doit être entière et sans nuance. Mais est-ce que quelqu’un a pensé aux répercussions sociales dramatiques que cela impliquait? De quoi allons-nous bien pouvoir parler le dimanche au barbecue de Michel et Martine ? Quel sujet pourrons-nous évoquer pour distraire l’oncle Gérard avant qu’il ne se lance dans son sujet favori sur les arabes en France ? (il n’est pas raciste, il dit juste ce que tout le monde pense tout bas). Non monsieur !  Personne ne pense aux réunions de famille où depuis 1982 on se dispute encore au sujet des dents de Patrick Battiston «  trois dents qu’il a perdu, mais non je te dis que c’est quatre et trois côtes cassées ». Finies les blondes enfilées (je suis fière de cette blague) tout en traçant sur le gras de la table du bar la ligne imaginaire du hors-jeu qu’il y avait ou qu’il n’y avait pas, selon que l’on soit con orthodoxe ou ivre presbytérien.

Adieu les vieilles rancœurs, les épopées vengeresses du football puisque plus jamais un doute n’entourera un peno, une main, une tête, un « vaffanculo » bien senti … Tout aura été vu et même décrypté sur les lèvres des joueurs afin de dicter la sentence arbitrale. Bonjour justice, adieu mystère. Le football deviendra comme un épisode de Columbo où l’on connait le coupable avant même la fin du générique. La mauvaise foi qui nous unissait laissera place à la logique froide et sans âme d’un banquier suisse. Aimable et convenu, mais d’un tel ennui.

Sur ce moi je dis, oui à l’erreur (parfois), oui au doute, oui à la petite glissade scénarisée mais mal jouée, oui aux débats enflammés d’après match où toutes les mères prendront cher, surtout celle de l’arbitre. Oui, je veux qu’on puisse dix ans après encore parler de la glissade vicieuse de Suarez face au PSG, ou le but accordé à Ronaldo sur Hors-jeu et qu’on puisse encore ricaner « penalty pour Lyon ! ». Sans parler de l’économie de temps qu’on ferait sur les matchs de l’OM si on ne devait pas vérifier les positions de Hors-jeu de Gomis à chaque fois.

Attention ! Je n’encourage ni les erreurs volontaires ni la malhonnêteté, ce que je ne cautionne pas c’est cette démarche de vouloir polir, voir aseptiser le football. Dans une époque où « footballeur » est devenu un vrai métier et le football une entreprise, les enjeux dépassent les lignes blanches du terrain. La vidéo n’est qu’une nouveauté qui vient nous rappeler qu’on n’est plus là pour jouer, que perdre ou gagner peut avoir des conséquences parfois lourdes, pouvant même impacter des vies. N’est-ce pas en faire porter trop à ce qui n’est qu’un jeu, un sport et une passion avant tout ? Avec une génération de joueurs déjà assez brimée, où le poids de la tactique étouffe la créativité et l’esprit d’initiative; rajoutez-y la vidéo et on passera nos soirées devant des matchs aussi passionnants qu’une messe latine à Châlons-en-Champagne. En novembre, quand il pleut, et que tu t’es fait larguer, et ton chien s’est barré aussi, avec la dernière part de pizza.

La vidéo ne devrait être utilisée que pour lever les grands doutes qui mènent vers les plus grandes injustices de la vie. Comme dans les cas d’agressions ou les cas de disparition inquiétante de la dernière tranche de Cochonou.

La vérité ?  tu ne peux pas assumer la vérité !

1 commentaire

  1. Vaste débat que celui de la vidéo…
    Comme déjà dit, il y a tellement d’argent en jeu maintenant que la moindre erreur peut couter très cher à un club…
    il n’y a qu’à voir le spectacle offert par certaines (beaucoup trop même) équipes les week ends pour comprendre. D’une place en championnat à une autre, ce sont des sommes folles qui se jouent à chaque matchs, de quoi faire reculer certains (presque tous?) coachs à faire jouer son équipe pour faire plaisir à ses supporters…
    La vidéo, tout va dépendre de son application (quelles situations? Que lorsque le ballon a franchi la ligne de but?). Là, on saura si c’est un plus ou non plus le foot. Aura t’on plus de spectacle? Peut être. Aura t’on moins de sensations, certainement. Plus de justice? Ce n’est pas forcément dit…
    On ne pourra presque plus se rabattre sur cet enfoiré d’arbitre quand notre équipe sortira d’un vieux match nul contre Nancy.
    Enfin, on pourrait en parler pendant des heures, des jours. Je reste sceptique bien qu’ouvert d’esprit sur les bienfaits (ou non) de la vidéo.

    Sinon, gros pouce vert pour l’article 🙂

    Ps: Michel et Martine ne m’ont pas dit pour les barbecues… Pfff.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.