Emozioni

Déjà presque dix jours que je vis dans une bulle faite de foot et d’eau fraîche ( quand je dis eau, on se comprend). Il y a dix jours je parlais de Dieu et des desseins du seigneur en ce qui concerne les remontadas. Les gars je me suis royalement plantée ! Après le match fou du PSG face au Barça j’ai eu besoin de temps, pour réfléchir, à ma vie, mes choix. Qu’est ce qui est vrai ? qu’est ce qui ne l’est pas ? Combien de buts aurait pris Areola face au Barça ? Est-ce que c’est une bonne idée de donner un ballon à Rod Fanni ? Est ce que Paul Le Guen doit être renvoyé vers sa planète mère ?  Est ce que le pain aux raisins peut rassembler la France divisée ?

J’aimerais vous dire que j’ai trouvé des réponses, que je suis partie au Tibet m’imprégner de sagesse mais je suis et trop feignasse et trop cynique pour ça. J’ai bien essayé la méditation en pleine conscience, il en est ressorti que si on regarde bien, on peut deviner le visage de la sainte vierge sur une 4 fromages. Puis il y a eu un OL-Roma de folie et il a fallu se replonger dedans. De quoi nous permettre de survivre jusqu’à ce mercredi et cette bénédiction des cieux qu’est l’AS Monaco.

Toute la journée j’ai guetté les signes annonciateurs du résultat du match du soir. J’ai traversé toutes les émotions, et cela s’est répercuté sur ma playlist : 8h la confiance : Bowie. 12h on va tout casser : Eagles of death metal. 19h30 Falcao forfait : Paint it black suivie des best of Mireille Mathieu et Céline Dion. Dépression.

Puis dans la moiteur d’un bar parisien surpeuplé il y a eu le pied de Kylian Mbappé, suivi de celui de Fabinho et nous avons été touchés par la grâce. D’ailleurs je réclame des droits d’auteur au journal l’Equipe. Il y a eu aussi le silence pesant infligé par Sané et sa touffe de cheveux infernale. Mais il aura été écrit la haut que c’est celui qui a le cheveu le plus swag qui sera l’élu qui qualifiera son équipe, parce que quelques minutes plus tard ce fût la touffe peroxydée de Bakayoko qui offrit sa qualification à Monaco.

Au bout d’une nuit blanche faite de béatitude et de communion entre êtres également ivres de bonheur et ivres de pintes à 8 balles on est pas encore tout à fait redescendu que c’est déjà au tour de Lyon, puis le réchauffement des boules du sort à Nyon.

Plus tard je tenterai d’expliquer à une amie ô combien le foot est une chose incroyable, capable de nous faire vivre la palette des émotions les plus variées et les plus intenses, en vain. Le soir même j’ai rencontré un groupe de touristes italiens et ils seront bien plus réceptifs à mon enthousiasme en concluant avec un grand sourire : Emozioni !

 

@crédit photo : Agnese Salvagno

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.