Ave Di Maria

Je regardais l’autre soir la demi finale de la coupe de ligue qui a opposé le PSG et Bordeaux tout en essayant de me démener péniblement dans une partie de FIFA prophétique opposant le PSG et Monaco pour le coup. Appelons là une épiphanie si l’on veut mais en regardant Di Maria jouer, je me suis souvenue d’un cours de droit des entreprises que j’avais eu il y a bien longtemps.

J’ai été surprise aussi. Pour une fois que mon cerveau me ressortait quelque chose de plus constructif que la pub couscous Garbit, c’est bon comme là-bas dis.

Je me suis souvenue en particulier de ce cours qui traitait de la concurrence et qui expliquait en gros pourquoi il est fondamental qu’il y ait de la concurrence entre les entreprises pour qu’il y ait toujours une motivation à augmenter la qualité des produits et donc la satisfaction des clients. Dans le foot, c’est pareil, bien qu’on ne nous vende pas de crèmes destinées à nous permettre de poser notre cul sur une chaise sans éprouver de douleurs, on nous vend quand même un produit. Ce produit est le spectacle. Mais au-delà de la concurrence naturelle inter-clubs, il y a la concurrence qui se passe au sein d’un même club.

Le cas Di Maria a illustré pendant ce match, de bien des manières, les effets de cette concurrence qu’il peut y avoir dans une équipe entre ses joueurs. Pour dresser le cadre brièvement:

Di maria arrive l’été 2015, gros budget, gros transfert, gros espoirs. Il débute en fanfare digne de l’accueil qui lui a été fait. Il fait une très belle première saison, la plus accomplie depuis son bref calvaire mancunien. Le « spaghetto » réjouit le cœur des supporters parisiens. Accélération en avant, première partie de cette saison: Di Maria sombre à nouveau, mais il reste titulaire. Déception, rage, larmes et désespoir. Trêve hivernale, dinde farcie ,crème de marrons et un Draxler plus tard, le revoilà qu’il pousse du ballon à nouveau. Coïncidence ? 

Bien que personnellement encore pessimiste par rapport au transfert de Draxler au PSG, je dois admettre que sa venue aura déjà eu de bien bons effets.Il reste à savoir quelle sera la place de l’argentin dans cette équipe ? Sera-t-il la doublure de l’allemand ? Cher payé pour une doublure. Dilemme de riche dirons-nous. 

Le problème encore une fois est le temps. En quelques sortes, il est trop tôt et pas assez vis à vis des échéances à venir, pour se décider quant à ces deux là. Draxler qui certes a fait deux apparitions remarquées doit encore prouver avec plus de certitude son indispensabilité dans l’équipe type d’Emery et Di Maria devra prouver qu’il mérite de regagner sa place de titulaire indiscutable.Dans un cas comme dans un autre, c’est tout gagnant pour l’équipe, mais individuellement c’est moins certain. Il est bien plus probable que Di Maria fasse une deuxième partie de saison correcte avant de s’envoler l’été venu vers d’autres terrains. Laissant ainsi le champ libre à d’autres talents, qu’on espère plus constants. 

Dans un prochain article, je vous parlerai de mes anciens cours de contrôle de gestion appliqués au mercato de Nancy.

5 commentaires

  1. Bon, on dit mancunien déjà . Non mais ho.
    Di Maria. Un joueur que le Real a absolument voulu vendre. Un jour que Manchester ne voulait plus non plus.
    Je n’ai jamais été fan de ce joueur. Il arrivera à se hisser au niveau pour laisser Draxler sur le banc quelques matchs, mais il finira certainement par en avoir marre de se battre avec l’allemand pour une place de titulaire et partira. Quel grand joueur.

    J'aime

    1. hahaha j’avais tenté une blague sur le manchesterien pour contenter votre seigneurie on va le changer. je suis à l’écoute du peuple !
      Je suis d’accord, je sais pas si c’est une problème des responsabilisation, la plus part du temps il joue comme s’il se sentait pas concerné…

      J'aime

      1. Non, laisse manchesterien 🙂 Je te taquine, rien de plus 🙂
        Il est arrivé dans la peau d’un titulaire indiscutable (et en même temps, quand ton concurrent s’appelle Lucas, y a de quoi le comprendre), gros transfert, gros salaire, club qui « émerge », il vient pour en être une star. Mais n’est pas Ibra qui veut (même si il n’a pas été toujours très bon en LDC, ses stats en Ligue 1 restent ahurissantes), dans la mentalité, l’envie…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.